Voyance ?

Voyance ?
5 (100%) 13 votes

Dans notre équipe le destin nous tous poussés vers la médiumnité pour en faire un métier, mais au fil du temps cet outil nous a permit d’intégrer plus intensément notre statut d’être humain. Quand nous voyons toutes ces années d’apprentissage de la médiumnité, nous  voyons que la première chose apprise a été d’entrer en relation avec l’autre mais aussi qu’en développant la communication avec les esprits nous nous sommes ouvert à la lumière de l’âme et que cela a permis de découvrir qui nous sommes vraiment en ce monde. La médiumnité a été un guide au travers des méandres de la communication entre les humains  et ainsi en apprenant à communiquer avec le monde des esprits, nous avons tout simplement appris à parler à l’autre. Au fil des années, notre relation au monde spirituel a fait écho à notre faculté de guide pour les autres. Quel métier merveilleux que celui de faire voyager les gens vers leur âme et vers leurs vies de tous les jours ! La médiumnité n’est pas un conte, ni une histoire, mais bien plutôt un chemin de découverte de ses multiples applications, comme outil de vie, sous le regard bienveillant du monde spirituel et de Dieu.

Voyants et voyantes ?

Nos voyantes et voyants se présentent à vous à coeur ouvert ! Parcourez librement autant notre blog que les fiches de présentation de nos Tarologues, Astrologues, Mediums, voyants et voyantes. Le premier Feeling doit passer par là !

Histoire d’Astrologue ?

Ceux qui prospèrent dans le monde parce qu’ils sont éperonnés par les influences cardinale et fixe appellent les autres indolents, bons à rien ; mais eux-mêmes, s’ils n’étaient placés sous les signes cardinaux et fixes qui les poussent à l’action et s’ils étaient privés de l’énergie procurée par ces signes, ils se rendraient bientôt compte du même manque de force et apprendraient à avoir compassion de ceux qui sont réduits à vivre ainsi toute leur vie. Aussi quelle leçon ces personnes ont-elles à apprendre ?

Tandis que la nature des signes cardinaux en Astrologie est telle que leurs rayons mettent en action nos forces latentes et provoquent des changements, l’attribut capital des signes fixes est la stabilité que l’étudiant se garde cependant de confondre stabilité avec inertie. L’activité à laquelle les rayons cardinaux nous incitent peut être dirigée avec une grande facilité dans les voies diverses ; tout ce qu’ils demandent, c’est de s’ex-primer : la direction dans laquelle cette activité s’ex-prime est secondaire. Il n’en est pas de même des signes fixes ; quand leurs rayons poussent à agir dans une certaine direction, il est presque impossible d’en arrêter la force ou de la détourner ; tandis que s’ils sont réfractaires dans certaines lignes, l’obstruction est presque insurmontable. Les sujets de la classe fixe manquent d’habileté pour commercialiser leurs inventions tâche pour laquelle la classe cardinale est éminemment adaptée. C’est la raison qui fait que ces deux classes travaillent la main dans la main : à elles deux, elles ont trans-formé le désert du monde en un lieu de confort relatif. Leurs efforts vers le progrès se poursuivent constamment et, dans l’avenir, le désert fleurira comme un jardin. Comme le succès matériel dépend de l’habileté à lutter contre les conditions matérielles, la classe cardinale est particulièrement fortunée, car elle est le principal facteur exécutif dans l’oeuvre mondiale et en recueille la juste récompense. La classe fixe est moins en vue ; elle travaille dans les laboratoires, fait des expériences pour parfaire les procédés et perfectionner les modèles qui seront plus tard employés dans les manufactures. Cette classe est donc aussi un facteur puissant dans la vie et partage les succès matériels et financiers de la classe cardinale. La classe des signes communs forme avec les deux précédentes un contraste frappant. Les forces concentrées par les signes communs sont d’ordre mental ; de sorte que les gens gouvernés par ces signes répugnent à toute action physique énergique, qui est le fond de la classe cardinale. Ils ne travaillent que sous le fouet de la nécessité. Ils sont de même in-capables de fournir le lent mais constant effort fourni par la classe fixe et ils se découragent facilement devant les obstacles. Ils s’appuient sur les autres et ne sauraient relever personne. Les travailleurs qui exécutent les ordres des classes inventive et exécutive se recrutent parmi les personnes gouvernées par les signes communs. Il y a néanmoins une sphère dans laquelle ils brillent en raison de leur aptitude à penser. Quoi qu’ayant le travail en aversion, ils se sont créé une sorte de terrain neutre où ils peuvent récolter le fruit du labeur des autres, de leurs facultés d’invention et de leur habileté à mettre ces inventions en valeur. Pour cela, ils se font lanceurs d’affaires, mettant en rapport inventeur et fabricant ; agents intermédiaires entre acheteur et vendeur ; colporteurs ou trafiquants, allant du producteur au consommateur, et vivant du produit d’une commission.