Tarot amoureux

Le Tarot est un jeu de cartes à jouer, généralement composé de 78 cartes utilisées pour jouer, dont l’origine remonte au milieu du XVe siècle en Italie du Nord. Ils se sont répandus dans diverses parties de l’Europe et ont atteint leur période la plus répandue entre les XVIIe et XVIIIe siècles, après quoi leur utilisation a décliné.
Dès la fin du XVIIIe siècle, les cartes de tarot sont associées à la Kabbale et à d’autres traditions mystiques. Le développement de ces théories a été initié par le franc-maçon français Antoine Court de Gébelin, qui, sans aucune base historique, a remonté les cartes de tarot à l’Egypte ancienne, et a eu un nouvel élan au milieu du XIXe siècle avec l’occultiste Eliphas Lévi, qui a indiqué leur origine dans la Cabale juive. Entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, les doctrines ésotériques du tarot ont été définitivement établies par les occultistes français Papus (pseudonyme de Gérard Encausse) et Oswald Wirth dans une série d’ouvrages célèbres encore en vogue. Dans les premières décennies du XXe siècle, l' »Ecole Française de Tarot » commença à être remplacée par l' »Ecole Anglaise » née au sein de l’Ordre Hermétique de l’Aube d’Or.
Le jeu de tarot typique est composé d’un jeu de cartes traditionnel auquel s’ajoutent vingt et une cartes appelées Triumphs et une carte unique appelée The Madman. Le jeu de cartes traditionnel est divisé en quatre graines (italiennes ou françaises) de quatorze cartes, de l’as à dix plus quatre chiffres, également appelées « honneurs » ou « cartes de cour » : roi, reine, chevalier et valet. Les triomphes sont généralement illustrés par des figures humaines, animales et mythologiques et numérotés de 1 à 21, souvent en chiffres romains). Il existe des variantes dans lesquelles le nombre de cartes est réduit, par exemple le tarot bolognais ou le tarot sicilien. Dans la terminologie introduite par les théories ésotériques, les triomphes et les fous sont collectivement appelés arcanes majeurs et les autres arcanes mineurs.

Origines du Tarot

Il n’existe pas de données précises sur l’origine des cartes à jouer occidentales, les premiers signes de leur existence commencent à apparaître dans des documents remontant à la fin du XIIIe siècle. La théorie la plus largement acceptée est que ceux-ci sont arrivés en Europe par le biais de contacts avec les Mamelouks égyptiens, et qu’ils avaient déjà pris une forme très similaire à celle d’aujourd’hui. En particulier, le pont mamelouk contenait quatre graines : des bâtons de polo, des deniers, des épées et des coupes semblables à ceux encore utilisés dans les papiers traditionnels italiens, espagnols et portugais, avec le seul remplacement des bâtons de polo par des bâtons, et chaque graine avait trois figures de cour, également ici comme dans les ponts occidentaux traditionnels.

La théorie généralement acceptée est que les cartes de tarot dérivent de l’addition de triomphes au jeu normal des cartes à jouer italiennes. La première référence à leur existence est quelques citations dans les registres de la cour d’Este de Ferrare en 1442, d’autres références apparaissent dans les annotations de 1452, 1454 et 1461. La comparaison entre les deux enregistrements de 1442, le premier concernant le paiement du peintre de la cour Jacopo da Sagramoro pour la décoration de quatre bouquets de triomphes destinés au seigneur de Ferrare Leonello d’Este, et le second concernant l’achat à un prix bien inférieur de quelques bouquets destinés aux frères de Leonello, indique que, à cette époque, ces bouquets économiques étaient déjà très diffus et que, de fait, ils avaient été produits depuis quelques années. Une autre première preuve est la fresque Il gioco dei tarocchi in uno dei cortili interni di Palazzo Borromeo a Milano, d’attribution incertaine et datée de la fin des années cinquante du XVe siècle.

 

Tarot amoureux
4.9 (98%) 10 votes

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*