Ma femme parle avec un autre homme

Que votre femme parle avec un autre homme n’est pas en soit un problème !

La crise de la quarantaine est une période de grande difficulté qui touche un grand nombre d’hommes entre quarante et cinquante ans.
Alors que les femmes ont une vision très claire de leur croissance biologique, ponctuée d’étapes importantes : la première menstruation, le cycle fertile, la période climatique et enfin la ménopause, les hommes n’ont pas une idée aussi précise de l’avancée de l’âge et sont souvent confrontés soudainement au problème de l’avancée de la « vieillesse ».
La crise de la quarantaine est un moment de grande difficulté qui touche un grand nombre d’hommes entre quarante et cinquante ans.
Alors que les femmes ont une vision très claire de leur croissance biologique, ponctuée d’étapes importantes : la première menstruation, le cycle fertile, la période climatérique et enfin la ménopause, les hommes n’ont pas une vision aussi précise de l’avancée de l’âge et sont souvent soudainement confrontés au problème de l’avancée de la « vieillesse ».

Cette situation est aggravée par le fait que la culture dominante demande aux hommes avant tout un pouvoir viril et économique, en sacrifiant souvent les sentiments et les émotions.

Ainsi, tôt ou tard, il arrive un jour où l’on se rend compte que, quel que soit le niveau de bien-être économique atteint, ce n’est jamais assez et que, quelle que soit la perfection de la sexualité jusqu’à ce point, la norme ne peut être maintenue beaucoup plus longtemps.
Le résultat de ces considérations est un choc électrique et une recherche de fuite conséquente. La première chose à remettre en question est la relation de couple : le désir sexuel tombe, la femme ou le partenaire est vécu comme la matérialisation du temps qui avance et donc comme une source d’angoisse. L’insatisfaction commence à se faire sentir avec des attitudes d' »évitement » : on cherche des intérêts en dehors du foyer, les amis sont en retard, ils essaient par tous les moyens de se sentir plus jeunes. Les attitudes extrêmes sont les relations avec des femmes beaucoup plus jeunes, l’achat de motos ou de voitures de sport, le renouvellement de la garde-robe et du langage.

En surface, on regarde avec appréhension le moment à venir, en dévalorisant ce qui est déjà passé ; au fond, on essaie simplement d’avoir la possibilité de changer de carte et de commencer un nouveau jeu.

Les résultats sont souvent à l’opposé des attentes : s’il y a une complicité masculine qui conduit à comploter dans une camaraderie avec des amis qui ont des liaisons, ce sont les amis eux-mêmes qui tournent le dos à l’homme qui, en vertu de ces liaisons, abandonne sa femme et ses enfants.
Si souvent, l’épilogue de la crise est une profonde dépression qui oblige à affronter des aspects jusqu’alors ignorés : la satisfaction professionnelle, l’estime de soi, le sentiment d’être ignoré ou rabaissé dans la relation, le sentiment d’être ridiculisé.
Lorsque l’on travaille sur ces aspects avec engagement, bien qu’avec souffrance, le résultat peut être la construction gratifiante d’une plus grande force et d’une plus grande conscience et connaissance de soi, un enracinement profond dans sa propre sagesse, qui ne risque pas d’être sapée à l’avenir.
Par contre, quand on fuit la réalité et l’écoute de soi, on peut détruire sa vie familiale et sociale pour se rendre compte, au bout d’un certain temps, qu’on a recréé des situations similaires au passé, donc tout aussi redoutables et angoissantes.
L’attitude des partenaires est fondamentale dans tout type de cheminement : si vous pouvez accepter que l’éloignement de l’homme a un caractère beaucoup plus social et existentiel que personnel, vous pouvez l’aider à se trouver et à cultiver de nouvelles parties plus gratifiantes, créant également la base d’une relation de couple plus solide et plus heureuse. Si, en revanche, nous vivons l’attitude de l’homme comme un simple abandon ou comme une simple déception, il est possible que la relation meure, même dans les cas malheureux où nous continuons à rester ensemble pendant encore vingt ou trente ans.

Appelez-nous sans attendre ! Nous vous aiderons à passer ce cap d’angoisse !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*