FAQ Le Diable Tarots de Marseille

FAQ Le Diable Tarots de Marseille
Votez nos voyants et voyantes

Cette lame marque le commencement du troisième chemin, celui du corps. Elle représente le Diable sur un piédestal auquel sont enchaînés deux diablotins. C’est l’Arcane XV. La tête du Diable, avec ses cornes, ses oreilles et sa barbe, représente le pentagramme flamboyant à l’envers, que nous avions déjà trouvé, mais à l’endroit, sur la cinquième lame, le Pape. La signification de la cinquième lame doit en conséquence être renversée : il ne s’agit plus ici de l’homme, mais de la Bête, c’est-à-dire de tous les instincts les plus bas qui la caractérisent.

Le Diable possède deux cornes jaunes, car c’est le maître du monde maté-riel ; ses cornes lui permettent de recevoir de l’énergie du monde dans lequel il vit. Sa tête est rouge et comporte une touffe de poils entre !es deux cornes ; c’est le feu ardent du vice et des instincts. Sur son front, on reconnaît le pentagramme blanc, signe que l’homme évolué est capable de dominer la matière grâce à sa supériorité. Il représente l’étincelle divine que l’on trouve aussi chez cet être. Le Diable est un personnage androgyne, parce qu’il représente l’humanité ; le symbole que l’on distingue sur son pubis indique d’ailleurs l’hermaphro-disme. Il figure le signe de Mercure, formé par le symbole de Vénus sur-monté par un croissant de lune. La croix située vers le bas suggère la régression de l’être. Ce symbole évoque également le Soleil, masculin, s’unissant à la Lune, féminine. La croix vers le bas souligne la bassesse des instincts du Diable. Son buste comporte des seins dotés de mamelons rouges, qui doivent être rattachés au nombril avec lequel ils forment un triangle dont le sommet est dirigé vers le bas, symbole du microcosme, du matérialisme. Le nombril rappelle que notre naissance se produit dans ce monde matériel, auquel nous sommes liés par notre corps, et dont nous sommes donc les enfants.

Les seins et les mamelons symbolisent la nourriture matérielle qui nous est donnée. Dans sa main gauche, le Diable tient le symbole de l’union des sexes, composé d’une partie horizontale, jaune, passive, féminine, et d’une partie verticale, rouge, active, masculine. Dans sa main droite, il porte un flambeau allumé dans lequel brûlent les vices et les instincts égoïstes qui se dissipent vers la lumière astrale de la terre. Le bras droit du Diable est tatoué de l’inscription Solve et le bras gauche de l’inscription Coagula. Ces deux termes latins évoquent le mouvement de l’énergie qui se dissipe, éthérée, du bras droit et qui est captée par le bras gauche pour être coagulée. Si l’on se réfère à une image concrète, cela peut correspondre à l’eau qui s’évapore, puis se condense et retombe sur
le sol. Ceci pour nous rappeler que tout vice, toute pensée négative aura une répercussion sur le monde physique (karma négatif). Grâce à ces énergies, l’homme peut prendre un corps physique qui lui permettra de se purifier. La partie inférieure de son corps est constituée de pattes d’animal couvertes partiellement d’écailles vertes : elles représentent les instincts bestiaux. Les ailes bleues indiquent que l’être négatif est aussi créé par les pensées négatives des hommes. Les deux griffes situées sur les ailes nous disent que le Diable est un être spirituel, doté d’une forme éthérique, qui a choisi le chemin de la matéria-lité. Il vivra tant que les hommes l’alimenteront par leurs désirs et leurs vices, tant que l’homme accordera de l’importance au monde matériel. Le Diable est debout sur un piédestal représentant le monde dans lequel il agit. Le cube bleu indique que le Diable agit également sur le monde éthéri-que. Il comporte trois marches au sommet et trois marches à la base cela représente l’action réciproque qui s’exerce entre les profondeurs et les hauteurs. Un diablotin (satyre) et une diablesse (faunesse) sont enchaînés au piédestal. Le Diable se divise en deux pôles : le mâle représente le pôle positif, la femelle le pôle négatif. L’être féminin incarne les principaux vices féminins (jalousie, luxure, orgueil), tandis que l’être masculin incarne les principaux vices masculins (paresse, avarice, irascibilité). La diablesse symbolise Vénus ; le satyre représente Saturne.

Le bras gauche du diablotin est tendu vers la cuisse droite du Diable, et le bras droit de la diablesse est tendu vers son sabot gauche. Ils symbolisent le passage du fluide vital matériel. Le Diable capte le fluide du satyre et le transmet, par l’intermédiaire de son sabot, à la faunesse, laquelle le renvoie au satyre par la corde qui les relie. Avant d’atteindre le satyre, le fluide passe à travers un anneau fixé sur le piédestal, parce que ces énergies doivent s’écouler à travers le monde matériel. Le Mal, incarné par le Diable, n’existe que parce que le Bien existe ; il sert à le mettre en évidence. Le concept de lumière n’aurait aucun sens si l’om-bre n’existait pas. Les ombres ne sont autres qu’une projection de la lumière, c’est pourquoi la création matérielle est l’oeuvre du Diable.

Lancez votre séance de voyance avec nous !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*