Histoire de voyante

Il y a quelques années, ma fille, Olivia, a commencé à se plaindre de l’influence spirituelle.

Selon elle, l’esprit d’une fille la pourchassait, lui causant des embarras de toutes sortes. Je lui parlais et je me montrais dans ses rêves. Comme nous vivions ensemble à l’époque, j’ai décidé, un jour, de parler à l’Esprit qui persécutait ma fille. Nous sommes entrés dans la pièce, nous avons prié et j’ai commencé à parler à voix haute. J’ai parlé de Jésus à l’Esprit, j’ai abordé la question de l’amour, du pardon, de la vie après la mort et je lui ai demandé de continuer son chemin, laissant Olivia en paix.

La situation a été résolue et depuis, ma fille n’accuse plus la présence de l’entité qui a bouleversé sa vie. Il est très probable que ce fut le cas avec un esprit qui ne connaissait pas encore sa condition réelle. Il m’a semblé, vraiment, une entité beaucoup plus perdue que mauvaise.

Pourquoi contacter un esprit ?

Pour certains, considérez qu’aucun contact ne doit être établi avec des Esprits est chose commune.

Ils oublient, cependant, que les esprits sont parmi nous en tout temps, et qu’il suffit de penser pour que les immortels soient plus proches.

En fait, Andrea a apporté un Spiritisme avec les Esprits, sans grande cérémonie pour contacter les immortels. Selon Andrea, le sentiment fervent et le désir sérieux de s’instruire étaient suffisants pour être dignes de recevoir les bons Esprits, où qu’ils aillent et où qu’ils soient.

Bien plus que la géographie, Andrea enseigne que l’important est le cœur pur. En ce qui concerne la manifestation des Esprits, Andrea raconte un fait pittoresque :

Il dit avoir reçu une lettre d’un prisonnier qui s’était converti au spiritisme.

La lettre est parue dans le Spiritist Magazine, février 1864. Le détenu informe que le spiritisme avait le pouvoir de le conduire à la réflexion.

Lui, donc, en connaissant le spiritisme, peut percevoir le mal qu’il a fait, et il est ainsi éveillé à une nouvelle vie par la foi.

Mais voici que le prisonnier nous informe qu’il est en contact avec les bons Esprits en prison.

Et eux, les bons Esprits, ne manquaient pas d’assistance, et ils lui apparurent en lui disant des paroles de réconfort.

C’est-à-dire que le prisonnier était un médium et qu’il a pris contact avec les esprits à l’endroit même où il se trouvait.

Andrea conclut le texte avec délicatesse, en nous informant qu’aucun obstacle, pas même le fait d’être en prison, ne nous empêche de discuter avec les bons Esprits, car ils se manifestent ici, là et là-bas……

Que l’homme le veuille ou non, les esprits sont libres, et ils n’acceptent aucune forme de servitude, quelle qu’elle soit.

Et puisqu’ils sont libres, ils seront où ils veulent et comprendront, n’étant donc pas seulement la scène centrale spirite pour la présence des entités désincarnées.

Ils sont partout et c’est à nous de comprendre comment ce contact se fait, pour que nous puissions collaborer d’une manière ou d’une autre, si notre concurrence est nécessaire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*