Ce que pensent les hommes après une rupture ?

S’il est vrai que les femmes sont émotionnellement plus touchées par la séparation, il semble que les hommes ont plus de difficultés à s’en sortir à long terme : en d’autres termes, ils ne pourraient jamais s’en remettre complètement. Selon les résultats d’une recherche menée par Gabrielle Love Coach réputée en Belgique il existe des différences substantielles entre les hommes et les femmes face à la rupture d’une relation : les hommes subissent l’impact de la perte qui les « approfondit » et ils doivent recommencer à « rivaliser » pour chercher un autre sens.

Selon Gabrielle notre love coach, les différences sont dues à la biologie. Les femmes ont plus à perdre à rencontrer la mauvaise personne et donc à mieux accepter la fin d’une relation si ce n’est pas la « bonne » et la sélection d’un nouveau partenaire.

« En termes simples, les femmes ont évolué pour investir beaucoup plus dans une relation qu’un homme », a déclaré Gabrielle. Une brève rencontre amoureuse peut mener à neuf mois de grossesse […] alors que l’homme peut avoir « quitté les lieux » littéralement quelques minutes après la date.

En conséquence, parmi les 5 120 participants à l’étude – interrogés dans 12 pays – les femmes ont fait état de niveaux d’investissement émotionnel et de douleur plus élevés que les hommes lorsqu’une relation a pris fin. Cependant, la même nécessité de choisir un bon « partenaire » rend les femmes très « sélectives ».

Mais les hommes sont plus « compétitifs » dans leur approche, c’est-à-dire que la perte d’une femme qu’ils considèrent comme une bonne opportunité de relation pourrait se faire sentir pendant des mois, voire des années. « L’homme ressent probablement la perte profondément et pendant une très longue période : cela l’enfonce si profondément qu’il doit remplacer immédiatement ce qu’il a perdu ou au contraire arriver à la conclusion que la perte est irremplaçable », explique Gabrielle Love coach en Belgique. Les femmes, en revanche, ont plus à perdre en choisissant le mauvais partenaire, mais elles sont aussi plus susceptibles de mettre fin à une relation pour de bon.

Les hommes souffrent ?

Ils ne parlent pas. Des études prouvent que les hommes et les femmes ressentent la même chose et manifestent les mêmes types d’émotions. Mais contrairement aux femmes, elles n’expriment généralement pas leurs émotions verbalement, mais par des actions, qui les guident vers une gestion solitaire de leurs émotions. « Les femmes ont tendance à gérer leur stress, à tous les niveaux, en parlant, ce qui implique d’avoir des interlocuteurs et, par conséquent, un réseau de soutien. Les hommes y parviennent généralement en agissant : ils courent, sortent le chien ou se mettent à jouer à la console et c’est ce que l’on entend par « une gestion plus solitaire ». Bien sûr, il y a des hommes qui ont la capacité d’appeler un bon ami et de se défouler en exprimant leurs problèmes, mais le pourcentage est beaucoup plus faible que celui des femmes. Parler est fondamental pour atténuer ce qui nous dérange et éviter les conflits internes.

Damien un de nos love coach dit : « En plus d’évacuer nos émotions, lorsque nous parlons, nous pouvons écouter d’autres points de vue sur la question, ou même nous écouter nous-mêmes (ce qui nous surprend parfois), ce qui nous permet de relativiser, et donc de mieux aborder et résoudre notre état émotionnel »,

Appelez-nous de partout en Belgique ! Nous sommes là pour vous aider !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*